Que deviennent les déchets verts que vous recyclez ?

déchets organiques

Faites-vous partie des personnes qui recyclent leurs déchets ? Si c’est le cas, vous triez soigneusement papier, carton, verre, détritus incinérables, et déposez votre poubelle verte dans un point de recyclage afin d’offrir une seconde vie aux déchets organiques… Au fait ! savez-vous ce qu’ils deviennent ensuite, une fois collectés ? Nous avons demandé à Flavia, conseillère en environnement, de nous l’expliquer.

 

Propos de Flavia Wallenhorst recueillis par Charlotte Tschumy

 

Les déchets verts, une fois collectés par votre commune, sont acheminés dans un centre de recyclage (selon votre lieu d’habitation) où ils seront transformés et valorisés. Il existe plusieurs sites de ce genre à Genève. Nous avons voulu voir l’un d’entre eux : Châtillon. Les visites étant actuellement suspendues en raison de la situation que l’on connaît, c’est à travers le témoignage de Flavia, membre de l’association ZeroWaste Switzerland, que nous vous proposons de le découvrir.

Flavia Wallenhorst est titulaire d’un Master en sciences de l’environnement de l’Université de Genève. Elle a visité le site de Châtillon au cours de ses études et nous livre son témoignage.

– Flavia, les études en sciences de l’environnement sont très interdisciplinaires. Les sujets traités y sont abordés sous différents aspects. Tu te vois plutôt comme une scientifique, une communicante, une militante, une entrepreneuse verte, une économiste ou un peu de tout ça ?

– Comme une conseillère, plutôt. Que ce soit pour une personne individuelle, une entreprise ou une commune… Mon rôle est de donner de bonnes lignes directrices pour atteindre des objectifs environnementaux, comme, par exemple, la réduction des déchets ou des émissions de CO2, la protection de la biodiversité, etc.

– Sous quel angle as-tu abordé le sujet du compostage durant tes études ? 

– Essentiellement sous deux angles : scientifique et politique. Scientifique à travers l’étude du processus chimique de la méthanisation. Politique à travers la campagne de la P’tite poubelle verte. Pour rappel : le canton de Genève est le seul en Suisse à ne pas imposer de taxe sur le sac poubelle.

– Tu as visité le site de Châtillon. Quelle impression générale en retires-tu ?

Parce qu’à Châtillon, on ne récupère même pas l’entier des déchets organiques du canton et c’est déjà des quantités que j’ai trouvées énormes !

– Ce qui m’a surtout impressionnée, c’est la quantité de déchets. Parce qu’à Châtillon, on ne récupère même pas l’entier des déchets organiques du canton et c’est déjà des quantités que j’ai trouvées énormes !

– Peux-tu nous expliquer ce que devient notre poubelle verte lorsqu’elle arrive dans un centre de recyclage comme Châtillon ? 

– Tout d’abord, elle passe par une machine de tamisage, qui sert à trier les déchets selon la taille. Les déchets sont ensuite placés dans une cuve géante, où ils vont être transformés par méthanisation.

– La méthanisation ? En quoi ça consiste ?

– C’est un processus de fermentation qui se fait grâce à des micro-organismes respirant en anaérobie, c’est-à-dire en absence d’oxygène. La matière organique qui se dégrade sous l’action de ces bactéries produit alors du biogaz qui, à son tour, fournira de la chaleur ou de l’électricité.

– Tu veux dire que le contenu d’une poubelle verte peut servir à chauffer nos maisons ? Incroyable ! Mais… je croyais qu’on en faisait du compost pour fertiliser les sols ?

Les déchets ménagers des particuliers ne serviront jamais à l’agriculture. 100% des déchets verts ménagers seront transformés en biogaz.

– Non. Les déchets ménagers des particuliers ne serviront jamais à l’agriculture. 100% des déchets verts ménagers seront transformés en biogaz. Le compost risquerait de ne pas être assez pur. Il y a trop de risque de mauvais triage par les particuliers. Trop de risque de présence de plastique pour que les déchets verts ménagers servent de compost pour l’agriculture. On pourrait ensuite retrouver du plastique dans le sol, puis dans notre alimentation. C’est la même chose pour les déchets verts des festivals, qui comportent beaucoup de cendres.

– Mais à Châtillon, il y a aussi une installation de compostage ? Quelle différence avec la méthanisation ? 

– Oui. Châtillon comporte également une installation de compostage. Le compostage, c’est aussi la transformation de la matière organique sous l’action de bactéries. Mais cette fois-ci, elle a lieu en présence d’oxygène (fermentation aérobie).

– Mais alors, si les poubelles vertes des particuliers servent uniquement à produire du biogaz, d’où vient la matière première organique pour faire le compost ? 

– Elle vient des déchets végétaux urbains (feuillages, branchages, etc.) qui sont récoltés directement par la ville ou le canton. Ce qui va d’ailleurs rendre la formation du compost plus complexe, parce qu’il va falloir équilibrer avec d’autres apports plus humides.

– Je vois. Les déchets organiques sont traités séparément selon leur provenance. Les déchets verts ménagers d’un côté pour la méthanisation. Les déchets verts des horticulteurs et jardiniers de l’autre pour le compostage… 

– C’est ça.

– Quel pourcentage représente l’énergie produite par compostage par rapport à l’énergie totale fournie par les Services industriels de Genève (SIG) ? Et pourrait-on recycler davantage ? 

– Je ne connais pas les chiffres exacts, mais cela ne représente qu’une petite partie. Sinon, bien sûr : on pourrait recycler davantage !

– Et pourquoi ne le fait-on pas puisque cela sert à produire de l’énergie ?

– Beaucoup de gens ne savent pas que les déchets organiques représentent une ressource énergétique intéressante. Certains particuliers peuvent aussi être arrêtés par certains aspects du compostage comme les moucherons, ou certaines odeurs. Mais il existe plein d’astuces pour éviter cela… Nous en publions régulièrement sur le site de Carouge Zéro Déchet.

– Il y a aussi parfois le manque d’infrastructures, non ? Certains immeubles ne sont pas équipés de containers de compostage. Si les gens doivent se déplacer pour trouver un point de recyclage, cela peut être décourageant. 

Il faut savoir que les régies ont l’obligation légale d’équiper les immeubles d’un point de recyclage.

– Oui. Mais il faut savoir que les régies ont l’obligation légale d’équiper les immeubles d’un point de recyclage. Il ne faut donc pas hésiter à les solliciter si vous voulez composter vos déchets ménagers verts. Actuellement, c’est encore aux particuliers de faire entendre leur voix.

– Quel avenir pour le compostage à ton avis ? Le compost pourrait-il par exemple remplacer les énergies fossiles ?

– Je pense que le geste de composter va prendre de plus en plus d’importance à l’avenir… Le compost peut fournir une certaine quantité d’énergie, mais remplacer les énergies fossiles, j’en doute ! Et il faudrait éviter de cultiver des plantations uniquement dans l’intention d’en faire des biocarburants, comme c’est le cas au Brésil. C’est en fait du compostage sans passer par l’étape de la consommation. D’un point de vue environnemental, c’est problématique.

– Merci pour ton témoignage, Flavia. As-tu quelque chose à ajouter ? 

– Oui, un bon plan à partager. Châtillon distribue du compost gratuitement aux particuliers ! Il suffit pour cela de se rendre là-bas avec son propre contenant.

– Merci du tuyau, Flavia 🙂 c’est bon à savoir !

 

Le tri des déchets de cuisine permet de produire du compost. Celui-ci peut être utilisé comme engrais dans les jardins à la place d'engrais chimiques. Vous pouvez acheter du compost à la station de compostage de Châtillon, Chemin des communaux 40 - Bernex. Le compost est gratuit jusqu’à 30 kg et, au-delà, au tarif de 3.- les 100 kg. (sur le poids total). Le paiement se fait obligatoirement par carte (apportez vos sacs ou vos contenants). [Source : site de la République et canton de Genève].

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code